L’Alimentation vivante : le secret d’une bonne santé

Dans cet article je vais vous parler de l’alimentation vivante, hmmmmm… vous êtes sceptique ?
Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas de manger des créatures vivantes comme des insectes ou des larves, ni de cannibalisme ou autres fantaisies de ce genre ! 🙂

C’est simplement une façon particulière de se nourrir et cela pourrait bien transformer votre vie.

L’alimentation vivante c’est quoi ?

Manger vivant, c’est manger des aliments bruts, naturels, principalement végétaux et contenant encore l’ensemble de leurs principes actifs et de leurs nutriments (il n’est pas exclu de manger des produits animaux de bonne qualité).

L’alimentation vivante va aussi exclure les aliments aux procédés artificiels de conservation, les aliments transformés et industriels mais aussi les aliments trop cuits. Malheureusement, c’est une grande partie des produits présents dans les supermarchés !

« Qu’est ce que je mange alors ? »

Tout d’abord, il faut comprendre que vous n’êtes pas obligés de manger 100% « Vivant » pour avoir des résultats, 50% d’aliments vivants c’est déjà une excellente base !

Le problème c’est que nous avons perdu la connaissance et l’intérêt pour les produits vivants.
Il existe pourtant une incroyable diversité de produits délicieux que vous ne connaissez peut-être pas.

Les produits vivants c’est…

 

Alimentation vivante

  • les fruits acides et semi-acides ;
  • les fruits doux ;
  • les fruits aqueux ;
  • les fruits gras ;
  • les fruits oléagineux, graines et noix trempées et/ou germées.
  • les légumes racines ;
  • les légumes feuilles ;
  • les légumes marins ;
  • les salades et pousses vertes ;
  • les diverses plantes sauvages comestibles ;
  • les aliments et boissons lactofermentés ;
  • etc.

Je vous rassure, vous pouvez aussi consommer des produits animaux ainsi que céréales et féculents sans gluten en plus de cette liste.
Croyez-moi, ça fait énormément de choix et de possibilités de repas !

Pourquoi devez-vous manger vivant ?

L’alimentation vivante est simplement l‘alimentation la plus adaptée à l’homme.
Elle se rapproche le plus de l’alimentation originelle de nos ancêtres.
Les produits vivants sont d’une qualité incomparable et ils sont incontestablement la meilleure nourriture pour nos cellules.

Ils nous confèrent force, énergie et vitalité au quotidien.

Ce qui est intéressant avec les produits vivants c’est qu’ils détiennent l’ensemble de leurs vitamines, minéraux, oligo-éléments ainsi qu’un bon capital enzymatique (micro-nutriments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme).

De plus, les aliments vivants sont dit « bioactifs » : ils favorisent la vie, car ils nous confèrent vitalité et ajoutent à notre corps des réserves nutritives.

Le docteur Howell, pionnier de la recherche sur les enzymes alimentaires aux USA avait fait un lien intéressant entre le capital enzymatique d’une personne et la longévité ainsi que le niveau de vitalité de cette dernière (1).
Un haut niveau enzymatique serait l’indicateur d’un très bon état de santé.

Pour information une enzyme est une protéine chargée d’accélérer les réactions chimiques à l’intérieur de notre corps.
Et où trouve-t-on une abondance d’enzymes ? Dans les produits vivants !

Malheureusement nous avons l’habitude de consommer des aliments industriels, transformés, cuits et frelatés qui ont perdu une grosse partie voire la totalité de leurs nutriments et de leurs enzymes.
Ce sont des aliments « biocidiques » : ils détruisent la vie.
Non seulement ces aliments morts n’apportent plus rien au corps mais ils viennent littéralement lui voler ses réserves nutritives et enzymatiques.

Un aliment a besoin d’enzymes pour être digéré et assimilé. S’il a perdu les siennes il va devoir en trouver ailleurs et donc les puiser dans nos propres réserves, cela est très dangereux.

En nutrition, ce principe de vases communicants est très important à comprendre :

Lorsqu’un aliment est riche en nutriments (comme c’est le cas pour les produits végétaux frais), il participera à augmenter les réserves du corps et à améliorer notre capital santé et notre constitution.
Il nous donnera plus d’énergie et de vitalité, ainsi qu’une meilleure santé en général.

A l’inverse, les aliments à calories vides des supermarchés vont venir pomper les réserves nutritives et enzymatiques du corps.
Lorsque vous mangez un aliment mort comme une pizza, des chips ou des petits gâteaux, vous vous faites littéralement manger de l’intérieur.
Cela peut paraître bizarre mais c’est une réalité qui est à l’origine d’une grande majorité de nos maladies de civilisation.

Si vous vous sentez fatigué, mal dans votre peau, malade et au bord de la crise de nerfs, je vous conseille de remettre un peu de vie dans votre alimentation !

Quelques conseils pour changer vers une alimentation vivante

1. Mangez plus de fruits et de légumes

Ce n’est un secret pour personne : Il est important de manger plus de fruits et de légumes !
D’après les recommandations officielles, il faudrait en manger plus de 5 portions par jour (ce qui est en réalité très peu).

Malheureusement, beaucoup de personnes trouvent que cela leur reviendrait trop cher parce qu’elles n’ont pas compris la place que devraient tenir les produits végétaux dans leur alimentation.
Nous pensons que les fruits et les légumes sont à additionner à nos habitudes alimentaires.

Exemple : manger un fruit en plus de son repas

Le bon comportement à adopter est de remplacer en partie ses habitudes alimentaires par des fruits et des légumes.
Il ne faut pas ajouter des choses ; il faut effectuer une transition vers une alimentation qui va faire une plus grande place aux produits végétaux.

Un exemple est de remplacer son petit-déjeuner traditionnel à base de pain, de beurre et de croissants par un repas de fruits (Voir l’article sur le Miam o Fruit).

Miam o fruit alimentation vivante
Ces changements progressifs de vos habitudes alimentaires seront très utiles pour rendre votre alimentation vivante et ne vous coûteront pas plus cher.

2. Consommez des produits frais

Après leur récolte, les produits végétaux perdent petit à petit leur potentiel énergétique et nutritif. Manger des produits frais c’est bénéficier de ce qui se fait de meilleur en alimentation vivante.

Vous retirerez plus de bénéfices à consommer un produit local non bio venant tout juste d’être récolté plutôt qu’un produit bio qui a voyagé durant plusieurs jours.
Entre des fraises bio d’Espagne et les fraises traditionnelles des paysans du coin il n’y a pas photo.

Au lieu d’aller dans les grandes surfaces, prenez l’habitude de fréquenter les marchés aux circuits courts et partez à la rencontre des petits producteurs locaux.

Producteurs locaux

De plus, cultiver son propre potager reste la meilleure façon de profiter de produits ultra frais et d’une qualité défiant toute concurrence.

3. Privilégiez les légumes crus

D’après vous, quel légume possède le plus gros potentiel nutritif : un légume cuit ou un légume cru ?

Quelques chiffres :
Les chercheurs ont montré par exemple qu’au moins 50% des vitamines B étaient détruites avec la cuisson. Lorsque la période de cuisson se prolonge c’est approximativement 85% des micro-nutriments qui sont détruits (2).
Selon le docteur Howell, si la cuisson excède les 65°C, c’est l’intégralité des enzymes présentes dans les aliments qui sont détruites (3).

Vous l’aurez compris, le premier des gaspillages est de cuire ses aliments.
Éteignez le fourneau et passez à la CRUsine. Mangez en abondance des salades vertes, des crudités, des fruits. Il existe énormément de recettes crues délicieuses.

stage vivre cru

Attention vous n’êtes pas obligés de passer au Crudivorisme (manger 100% cru) mais essayez d’intégrer le plus de repas crus possible.
Si vous faites partie des personnes qui ont du mal à digérer les aliments crus ou si vous appréciez tout simplement les repas chauds, ne vous forcez surtout pas !! (ce serait contre productif).

Privilégiez les cuissons douces à l’eau ou encore mieux, à la vapeur.
La cuisson à la vapeur a le mérite d’épargner le plus de nutriments et d’éviter les phénomènes de carbonisation très toxiques pour notre corps.

4. Mélangez aliments crus et cuits

Sachez qu’il est possible de bénéficier des bienfaits de l’alimentation vivante tout en continuant de manger des repas cuits.
La stratégie consiste à mélanger produits cuits et produits crus vivants.

Les aliments cuits vont ainsi bénéficier du potentiel nutritif et enzymatique des aliments crus. Ceux-ci vont venir revitaliser les aliments cuits grâce à un principe de vases communicants (4).
Cela permet une bien meilleure digestion et assimilation des aliments tout en vous protégeant des nombreux méfaits de la cuisson.

Vous pouvez par exemple :

– Manger un fruit ou une salade de crudités en entrée
– Consommer une salade verte en accompagnement
– Ajouter des graines germées (non cuites) à tous vos plats.


J’espère que cet article vous aura fait prendre conscience de l’importance de l’alimentation vivante. Intégrez-la progressivement à votre quotidien et je vous assure que les résultats seront au delà de toutes vos attentes !

Si vous avez aimé l’article partagez-le et conscientisez votre entourage !

Merci à tous ! 🙂

Valentin PECK


Notes et Références :

(1) Howell, Edward, Food Ezymes for Health and Longevity. WoodstockValley, CT : Omangod Press, 1946.
(2) Kulvinskas, Viktoras, Survival into the 21st Century. Woodstock Valley, Ct., Fairfield, Iowa : 21st Century Publications, 1975.
(3) Howell, Edward, Food Ezymes for Health and Longevity. WoodstockValley, CT : Omangod Press, 1946.
(4) kouchkoff, Paul, « The Influence of Cooking Food on the Blood Formula of Man », Proceedings : First International Congress Of Micro Biology, Paris : 1930.

Ouvrage :
Alimentation science et spiritualité, se nourrir au XXIe siècle – Gabriell Cousens

Commentaires (15)

  1. Flo
    Bonjour, une petite question :

    « Vous retirerez plus de bénéfices à consommer un produit local non bio venant tout juste d’être récolté plutôt qu’un produit Bio qui a voyagé durant plusieurs jours. »

    J’ai compris l’intérêt du manger vivant et frais mais que pensez vous de l’arbitrage entre manger frais mais avec pesticides ou moins frais mais bio du coup.. ?

    Au passage un excellent site :), merci à l’équipe pour vos contenus de qualités !

  2. Valentin MGV (Auteur de l'article)

    Hello,
    Merci à toi 🙂
    Cela dépend du contexte, si je connais l’agriculteur du coin et que l’utilisation des pesticides reste modérée, je vais préférer ses produits frais à ceux ayant voyagé durant plusieurs jours de je ne sais d’où…
    Et cela malgré les pesticides, car les enjeux sont d’ordre écologiques et économiques !
    Cela dépendra aussi de mes moyens financiers, faut pas se mentir le bio c’est encore chère.

    Par contre cumuler produits bio, frais et locaux reste le top du top !

  3. Tina74
    Voilà une information qu’il me manquait ! J’aurais pu y penser de moi-même… mais je crois qu’il fallait que je vois écrite, merci Valentin pour ceci :

    « Il ne faut pas ajouter des choses ; il faut effectuer une transition vers une alimentation qui va faire une plus grande place aux produits végétaux. »

    Le mot principal étant « transition », tout en douceur et en progression ! 🙂

    L’intérêt des fruits et légumes « vivants » n’est certes plus à démontrer, et il faut en rappeler régulièrement le pourquoi ! Rappeler également les bénéfices du cru par rapport au cuit, sans pour autant totalement dénigrer ce dernier. C’est simple, mais c’est important.

    Merci pour les infos sur les enzymes ! une chose que j’ignorais…

  4. Emilie
    Et qu’est-ce que vous pensez des légumes surgelés?
  5. Valentin MGV (Auteur de l'article)

    Mieux que les conserves mais n’arrive pas à la cheville des produits frais.
    Le surgelé peut être intéressant pour stocker un surplus de production et le manger durant l’hiver par exemple!

    Cela peut être un plus. Il permet de préserver les micro-nutriments des fruits et légumes de saison pour les consommer ultérieurement, au lieu d’acheter des produits hors saison ultras chères et écologiquements pas viables !

    On va dire que le surgelé peut dépanner si il est bien utilisé mais de doit pas remplacer la consommation de produits frais 😉


    Ravi de t’avoir fais prendre conscience de certaines choses ! 🙂

  6. Tina74
    Valentin,

    Entre un légume qui attend dans le bac à légumes, ou même à température ambiante, durant quelques jours et prendre des légumes surgelés, qui sont, d’après ce que j’en sais, congelés juste après la cueillette, ou congelés par soi-même, n’est-il pas préférable d’utiliser un légume surgelé ?

    Bien sûr que cela dépend du légume (ou fruit) et de ce que l’on souhaite en faire…

    Je ne fais mes courses qu’une fois par semaine, voire tous les 10 jours, alors pour certains légumes il n’est pas évident de leur garder toutes leurs propriétés sur du long terme !

    Quelle est la meilleure solution, sachant que je ne peux faire mes achats plus souvent ?

    Je n’utilise pas de légumes en conserve, juste des surgelés non cuisinés. Je n’achète non plus aucun plat préparé, je préfère cuisiner 😉

  7. Sophia
    Super article ! En tant que végétarienne je ne peux qu’approuver ! Je trouve que cuisiner des légumes/fruits crus nous oblige d’avantage à redoubler d’inventivité. On peut jouer sur les formes, les couleurs, et bien sûr avec des saveurs à l’état pur !

    Un plaisir de découvrir ce blog, bonne continuation !

  8. Alexandre MGV

    Ta réflexion sur les légumes surgelés est très pertinente. En effet les légumes surgelés ont l’avantage de pas avoir perdu de vitamines durant les transports et les temps de conservation.

    Cependant lors de la surgélation certaines vitamines disparaissent et surtout les légumes ne sonts plus « Vivants » au sens électromagnétique (par exemple une carotte fane achetée dans le commerce peut être replantée et peut pousser à nouveau ! Un légume surgelé n’a évidement plus ce potentiel de vie).

    Ce que je conseille c’est d’être pragmatique en fonction de l’endroit ou l’on se trouve, de son budget et du temps que l’on a pour se nourrir.

    De cette manière on peut facilement varier entre les légumes frais/surgelés/bio/du marché etc…

    La meilleure solution est bien entendu de consommer des légumes et fruits frais et biologiques près de chez soi (il faut chercher les agriculteurs de sa région ou les AMAP)

    A bientôt ! ++

  9. Flo
    Merci pour votre réponse 🙂 !
    Une autre petite question, que pensez vous de l’huile d’olive, vinaigre de cidre et balsamique… ^^?
  10. Valentin MGV (Auteur de l'article)

    Je consomme très souvent de l’huile d’olive et du vinaigre de cidre. Le balsamique qu’en à lui serait moins adapté (trop acidifiant).
    Les corps gras comme les huiles sont très importants pour notre santé mais attention à ne pas abuser de l’huile. Préférer directement les produits gras brutes comme la coco, les olives, les avocat etc… 😉
  11. Flo
    Hello, ok merci 🙂 je continue avec mon soucis de perfectionnement dans tout cela..
    Je buvais régulièrement du lait, mangeait pas mal de fromage.. Lait finito, fromage fortement ralenti. Ce qui m’amène à une autre question ^^ : Le calcium, est-il selon vous un apport indispensable à donner au quotidien ? Si oui, comment pallier ce manque sans produits laitiers ?
  12. Valentin MGV (Auteur de l'article)

    Oui le calcium est un minéral indispensable !
    Et cela tombe bien puisque le calcium du lait que l’on consomme n’est pas assimilable et il contribuerait à voler nos réserves de calcium (os et tissus) à cause d’une trop grande quantité de phosphore.
    Boire du lait pour obtenir plus de calcium => très mauvaise idée.

    Il existe une multitude de produits alternatifs riches en calcium et complètement biodisponibles comme l’amande, le lait de coco (panacée), les graines de chia et de sésame, les oranges, et les divers plantes aromatiques (persil basilic etc…
    Plus d’excuse pour ne pas arrêter le lait maintenant ^^

  13. Zaz
    Bonjour, j’ai bien aimé votre article, mais vous parlez du manger local, pourtant beaucoup de vos recettes utilisent de la banane, il « faudrait » en mangeant au moins une par jour ou plus, mais aucunes bananes ne poussent en france métropolitaine malheureusement ni dans des pays proches , et cela est un vrai frein pour moi à la consommation de ce fruit, auriez vous une alternative ?
  14. chaldovise
    Bonjour, j’ai lu avec intérêt vos articles sur le manger crû, c’est possible pour certains légumes mais semble difficile pour d’autres, exemple le poireau cuit à la vapeur pas terrible comme goût par contre une fondue de poireaux à la poêle c’est délicieux mais je suppose qu’il n’a plus d’intérêt nutritif. Comment faites vous avec de type de légumes ???
  15. Michel
    Bonjour,
    Afin de gagner du temps je prépare le dimanche une grosse salade de légumes crus Bio (environ 900 grs)que j’utilise pour mes repas de midi du lundi au vendredi.Je sais que mes légumes étant coupés en petits morceaux perdent en valeur nutritive mais c’est vraiment pratique.
    j’y incorpore graines de soja jaune, son d’avoine, graines de courges, parmesan…pour les protéines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *